• CAUDRON C232 (1/2)

    CAUDRON type C232 (partie 1/2)

    Temps maussade, mais le vent d'autan a faibli en cette fin d'après midi de juillet. L'occasion était trop belle pour sortir le C232, à la peinture encore fraiche, du hangar, et aller faire un petit tour au dessus de la montagne noire.

    Si vous vous parcourez ces lignes, vous vous intéressez un minimum à mes élucubrations et  l'aviation française des années 30 ne vous laisse pas indifférent. Je ne vous ferai pas l'affront de vous demander si vous avez déjà entendu parler du Caudron " Luciole". Le Caudron C232, dont il est directement issu , est moins connu, et pourtant il ne manque pas d'originalité avec son moteur droit et son train d'atterrissage à large voie, aux roues directement issues de la technologie de 14/18, ainsi que ses pare brises à pans coupés.

    Le voici.

     Ayant décidé de réaliser aussi le "Luciole" et peut être leur ancêtre: le C60, à la structure sensiblement identique, je vous propose de me suivre dans le montage du C232.  Pas de notice pas à pas (mes modèles ne s'adressent pas à des "maquettistes papier" débutants) mais quelques photos et explications applicables à 90%, à ces trois types de Caudron. Des fois que.....

     Un peu d'histoire

    En 1930, cela faisait déjà dix ans que Farman, Potez et Caudron entre autres, faisaient, en France, de louables efforts pour créer une aviation privée.

    C'est ainsi que fin 1930, la Société CAUDRON propose à la vente un biplan  biplace, monomoteur résolument pensé pour une clientèle attirée par le tourisme aérien.

    Les postes du pilote et du passager sont bien dégagés vers l’arrière, facilitant l’accès à bord. Les empennages et le fuselage sont intégralement recouverts de contreplaqué les rendant indéréglables. La voilure est repliable en moins de deux minutes réduisant de façon sensible l’encombrement pour permettre le passage dans une entrée cochère, et le remorquage sur route. Le train, sans essieu, et à large voie, déborde largement du fuselage permettant de se poser en campagne, dans les meilleures conditions.Avec une charge utile de 180kg, sont autonomie est de 4 heures. La vitesse maximum est de l’ordre de 165km/h et le plafond pratique de 4000m.

    Cerise sur le gâteau, dans sa catégorie, c’est l’appareil le moins cher du marché.

    Au total 77 appareils furent construits dont 50 équipés du léger et rustique moteur en ligne Renault 4Pb de 95 ch, et le type correspondant à cette dernière motorisation dénommé C232.

    Les premiers vols avaient été effectués en novembre 1930 aux mains du célèbre pilote Raymond Delmotte.

    Choix du F-AJYK

    CAUDRON type C232 (partie 1/2)

    La documentation sur le Caudron C232 est relativement succincte. Elles est beaucoup plus abondante sur le Caudron C272 dit "Luciole" qui en est directement dérivé et qui fera l'objet d'une prochaine maquette.

    C'est  un plan 3 vues de qualité du C272 qui m'a servi de base pour dessiner le C232 que je vous présente ici.

    Une belle photo en noir et blanc du F-AJYK trouvée sur le net, et reprise dans l'ouvrage d' A. Hauet sur les avions Caudron (voir bibliographie à la fin de l'article) est à l'origine de mon choix.

    Si le dessin de la déco est conforme, les couleurs sont imaginaires faute de référence. Elles restent cependant plausibles.

    Bibliographie

    "Les avions Caudron" tome 1 par Andre Hauet aux éditions Lela Presse

    "Les Ailes n°461 du 17 avril 1930" avec la descriptif technique de l'appareil accompagné d'un plan 3 vues succinct. Une introduction signée André Frachet situe bien l'avion dans le contexte de l'époque.

    "L'Aeronautique" de mai 1930 montrant la séquence de repliage des ailes.

    Pour mémoire, les articles relevés dans les journaux cités ci-dessus sont consultables en ligne sur le site Gallica.

    Et puis il y a les photos que l'on peut glaner sur le net, bien sûr.

    Pour en savoir plus

      Suivant la motorisation et les équipements proposés on rencontre les variantes suivantes :

    C230 , version initiale, avec un moteur en étoile Salmson 7Ac (15 exemplaires)

    C232 avec un moteur Renault 4Pb de 95 ch (50 exemplaires)

    C232/2 Identique au C232 mais équipés de frein sur les roues (3 exemplaires)

    C232/4 identique au C232/2 avec quelques différences d’équipements (7 construits)

    C233 un seul prototype équipé du peu fiable moteur Michel AM16. Il fut rééquipé d’un moteur Salmson prenant le type C230

    C235 un seul exemplaire équipé d’un moteur en ligne allemand Argus As 8R de 100 cv pour le compte du Ministère de l’Air français aux fins d’évaluation de ce type de moteur d’origine allemande.

    Les planches?

    Elles seront prochainement en téléchargement gratuit sur le site de mon ami et pygmalion: Pierre. 

     http://pierreg.free.fr/carton/projet/myproj.htm

    La maquette:

    Montage

    Pas d'ordre préférentiel, c'est selon l'inspiration, mais, en général, je commence toujours par les éléments qui me motivent le moins, histoire d'entretenir la flamme, le meilleur étant toujours à venir!

    La présentation ci-dessous a été faite une fois le modèle terminé et sans rapport avec l'ordre de montage que j'ai suivi.

    Aile supérieure

    Opération délicate, le but étant d'obtenir une aile non vrillée, sans que le longeron se laisse deviner, une fois l'aile terminée.

    J'ai choisi un profil légèrement creux. Pour un profil plan convexe, la méthode est un peu différente. Je reviendrai sur le sujet, à l'occasion.

    A propos des longerons (S11 et S12), si vous avez du carton fort d'environ 1mm d'épaisseur sous la main, cela est préférable au contre collage de deux épaisseurs de 0.6mm. Vous y gagnerez en rigidité.

    Lors du découpage des ailes, ne pas tenir compte, dans l'immédiat, du festonnage du bord de fuite.

    Une fois l'aile découpée, raprocher les bords de fuite et les coller par un fin filet de colle. Veiller à un parfait alignement de ceux-ci. Vérifier la bonne exécution de l'opération en posant l'aile sur une surface plane. Si le résultat n'est pas à la hauteur.....on réimprime la feuille et on recommence! Le droit à l'erreur est un des avantages des maquettes en papier.....sous réserve d'avoir scanné les planches au préalable!

    L'opération suivante consiste à donner la forme creuse à l'aile. Je me sert d'un tronçon d'antenne radio télescopique de diamètre approprié (une antenne télescopique nous donne toute une gamme de brins de diamètres différents et, de plus, ils s'emboitent les uns dans les autres pour gagner de la place au rangement et éviter de les tordre).

    L'extrados de l'aile est mis en contact avec une surface dur et il suffit de rouler plusieurs fois avec délicatesse le tube choisi sur l'intrados en partant du bord de fuite vers le bord d'attaque. Faire attention à ne pas marquer de pli au bord d'attaque de façon à lui garder un certain rayon. Extrados et intrados doivent rester pratiquement en contact à la fin de l'opération. C'est le longeron S11 qui donnera l'épaisseur au profil de l'aile.

    Il est temps de réaliser le festonnage du bord de fuite. Le longeron sera glissé dans l'aile sans être collé. Pincé entre l'extrados et l'intrados de l'aile, il n'y a aucune raison qu'il bouge par la suite. On fermera ensuite les saumons par un collage très fin.

    CAUDRON type C232                                                                   Bord de fuite parfaitement rectiligne  sinon....on recommence.

    CAUDRON type C232CAUDRON type C232

    Mise en forme du profil                                      Introduction du longeron

    Demi-ailes inférieures

    Le mode opératoire est identique à l'aile supérieure. Percer au préalable les trous diam 0.5mm qui recevront les mats rep 16a et les trous de positionnement des jambes de train rep T6. Mettre en place les renforts S19 et les contre percer avant de refermer les demi ailes.

    CAUDRON type C232

    Mats

    Une cap de 5/10 (15b et 16b) sert d'âme aux mats. Recoupage à 1.4mm de large après collage. Avantage en passant: la colle blanche ne collant pas sur la cap, l'ajustage n'en sera que plus aisé à leur mise en place.

    CAUDRON type C232

    Fuselage

    J'ai ma méthode. Une maquette d'avion ne doit souffrir d'aucun manque d'équerrage car cela saute au yeux, comme un coup de pied au c....

    J'ai donc fait le choix de réaliser au préalable une structure bien rigide qui recevra les revêtements et servira d'ancrage à tous les équipements. On obtient ainsi une maquette pouvant être manipulée sans risque de la voir s'écraser entre vos doigts.

    J'aime bien me compliquer la vie....quand c'est possible. Après avoir collé les sièges sur une chute de carton de 0.6mm, les ceintures 12b y sont rapportées, ce qui permet de les "tortiller" et de les mettre dans une position non convenue. Un bon "délaminage" du papier facilitera l'opération.

    CAUDRON type C232CAUDRON type C232

     Mise en place des ceintures           Noter les extrémités de manches noires.

     Les manches sont en cap 5/10. Ils dépasseront du plancher d'environ 7mm et seront immobilisés par une goutte de cyano sous le plancher, puis arasés

    .CAUDRON type C232CAUDRON type C232

      En préalable, réaliser un chanfrein aux extrémités arrières des flancs (voir croquis planche 1) et ouvrir le trou carré dans lequel prendra place le longeron S12 de l'aile inférieure.

    Les flancs S17 et S18 viendront fermer l'habitacle puis l'on pincera l'avant et l'arrière autour des renforts S14 et S16 après  avoir intercalé le couple S2. On terminera par la mise en place des tableaux de bord S4 et S5.

    Ne pas oublier la petite goutte de vernis brillant ou de "crystal clear" sur les instruments.

    Quelque secondes pour admirer le résultat, et l'on passe à la suite.

    CAUDRON type C232CAUDRON type C232

         ise en forme préalable                                            Longeron en place

    On peut procéder à la mise en place des mats de cabane rep 15a et à l'ajustement du capot et de son plastron. A noter que le capot sera seulement collé sur la partie arrondie du couple rep 2. Il faut bien que l'air chaud de refroidissement du moteur puisse s'évacuer!

     CAUDRON type C232CAUDRON type C232

    Histoire de compliquer les choses, j'ai choisi de faire figurer les cables de dérive (cap 1/10).

    Deux façon de réaliser les pare brises. Soit vous utilisez ceux proposés sur la planche 2 soit vous utilisez ces derniers comme modèle pour les réaliser en rhodoïd fin. Le plus délicat est de figurer leur armature rouge. Pinceau "poil de mouche" obligé.

    Stabilisateur

    Le procédé est le même que pour les ailes.

    Attention à la position du longeron S10. La partie centrale en couleur viens se positionner dans l'échancrure de la gouverne de profondeur et est, bien sûr, orientée vers l''arrière.

    Les chants sont rabattus en fin d'opération, collés et arasés à la lame de rasoir (neuve) en suivant le profil du stabilisateur.

    CAUDRON type C232CAUDRON type C232

      Introduction du longeron                                 champs rabattus et arasés

     

    Dérive

    La mise en oeuvre est similaire à celle du stab. L'arrondi du pied de dérive est à  réaliser comme indiqué sur la planche 2 et visible sur la photo.

    Si vous souhaitez mettre en place les palonniers de dérive il vaut mieux le faire à ce stade. L'opération sera moins acrobatique.

    CAUDRON type C232

                                                                                             Noter la forme arrondie du pied de dérive

     

    La suite:            CAUDRON C232 (partie 2)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :