• ¨PERSONNAGES AU 1/66¨PERSONNAGES AU 1/66¨PERSONNAGES AU 1/66

    Depuis un certain temps, je recherchais des personnages miniatures susceptibles de figurer aux cotés de mes modèles dans des mini dioramas.

    J'en avais bien trouvé en plastique au 1/72 dont la taille (variable d'un fournisseur à l'autre) pouvait convenir, mais le travail à exécuter pour les intégrer dans mes présentations me rebutait.

    J'ai découvert, en parcourant le forum Paper Modelers, les productions de Paulestudios https://paulestudios.com/en/projects_paperhuman.html qui propose (entre autres) des personnages dont l'ossature est en papier, et ce à différentes échelles dont le 1/64, échelle très proche de la mienne.

    Il vous en coutera 4.5€ pour 5 personnages (port compris), ce qui est raisonnable, compte tenu du soin apporté à leur fabrication et des possibilités offertes.

    Les personnages vous sont livrés, soigneusement emballés dans de petites pochettes plastiques transparentes. Chaque personnage est constitué de 21 éléments!. La tête est finement moulée dans une sorte de résine de couleur rose chair (pas besoin de la peindre, sauf si votre personnage est de couleur!). Seul un léger plan de joint est à éliminer (cutter et papier abrasif très fin, grain 400 par exemple). Les élements du corps sont prédécoupés au laser et présentés sur deux mini planchettes de carton d'épaisseur 9/10 pour les éléments du buste et des jambes et de 6/10 pour les bras et les pieds du personnage. 

    Une notice explicite est téléchargeable sur le site Paulestudios.

                                                  ¨PERSONNAGES AU 1/66                                      ¨PERSONNAGES AU 1/66

                                                               Notice (bien utile)                                                      Le kit (21 pièces, pas moins!)

    Dans la mesure du possible, j'aime bien que mes mini dioramas soit des"instantanés" de situations plausibles. N'étant pas doté d'une imagination débordante, je m'inspire de photos.

                             ¨PERSONNAGES AU 1/66                                  ¨PERSONNAGES AU 1/66

                                                       Deux photos dont je me suis inspiré pour l'attitude à donner aux personnages.

    Des empreintes sur le torse permettent de positionner bras et jambes. Ces empreintes pourront éventuellement être retravaillées avec la pointe d'un foret.

    Les membres pourront être plus ou moins pliés après une incision légère au niveau des genoux et des coudes. Cette incision recevra une goutte de colle à bois puis les membres seront immobilisés dans la position désirée  le temps du séchage.

                           ¨PERSONNAGES AU 1/66                                   ¨PERSONNAGES AU 1/66

                                                       Pliage au niveau des genoux et collage en position des jambes  (pilote assis)

    Une fois le personnage rendu dans la position souhaitée, immobiliser toutes les articulations d'une goutte de cyano fluide suivie d'une vaporisation d'accélérateur. On pourra aussi en déposer une goutte sur le torse qui atténuera l'effet "marches d'escalier" du à l'empilage des différents éléments qui le composent.

    Notre squelette pourra alors être habillé. J'ai opté pour du papier de soie (bien connu des couturières) en fines bandelettes imbibées de colle à bois diluée. Du papier japon ou du modelspan feront tout aussi bien l'affaire.Ces bandelettes sont enroulées autour des membres, puis du torse. Les plis divers sont exécutés à la pointe d'un scalpel, lorsque la colle prend une consistance pâteuse. Les parties sans plis de certains vêtements (veste, redingote....) sont découpés dans du papier 80g et rapportés sur le sujet. 

                         ¨PERSONNAGES AU 1/66                                   ¨PERSONNAGES AU 1/66

                                 Prêt pour la séance d'habillage.....                                                        Matière première: le papier dit "de soie".

    La tète sera collée sur le personnage dans la position souhaitée en tout dernier lieu. Un éventuel couvre chef (en papier) pourra donner au personnage la prestance souhaitée.

                                                                                      ¨PERSONNAGES AU 1/66

    Pour l'anecdote: Au vu de mon esprit pinailleur, le fournisseur n'a pas hésité à m'éditer des personnages à mon échelle spécifique du 1/66. Merci Paul!

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • CAUDRON C450 HELENE BOUCHER

     

                                                           11 aout 1934, Istres.

                                                            Hélène boucher prend la pose à l'issue de son vol portant le record du     

                                                           monde de vitesse féminin à 445.028km/h.

     Présentation: 

    Il s'agit à l'origine du Caudron C450 cellule n°6910 à bord duquel Maurice Arnoux remporta en 1934 la deuxième édition de la coupe Deutsch de la Meurthe.

    Un peu d'histoire: 

    En juin 1934, Hélène Boucher signe un contrat avec la nouvelle société Caudron-Renault.

    Le 8 juillet 1934, elle se classe seconde aux 12 heures d'Angers sur Caudron C530 Rafale à l'étonnement général. Elle a piloté seule son appareil (son équipière ne savait pas piloter) alors que l'équipage vainqueur de l'épreuve se sont relayés.

    Conquis mais prudent, Riffard, le "père" des avions Caudron de course, lui confie le Caudron C450 "13" qui a remporté la dernière coupe Deutsch de la Meurthe, pour tenter de battre quelques records.

    Le 8 aout 1934, à Istres, succès triomphal. Le record féminin sur 100km, et surtout le record toutes catégories sur 1000km, sont battus à 412.371km et 409.184km/h.

    Hélène Boucher est la première femme dans l'histoire de l'aviation à détenir le record international de vitesse toutes catégories (classe C) sur 1000km.

    trois jours plus tard, le 11 aout, elle porte le record du monde féminin de vitesse sur base à 445.028km/h

    Hélène Boucher se trouve ainsi détentrice de sept records dont six sur avion Caudron-Renault.

    Le 30 octobre elle se tue près du terrain de Guyancourt à bord de son Caudron C430 Rafale F-AMVB. Elle avait 26ans.

    Les sources:

    - Docavia n°43, Les Avions Caudron Renault par Edouard Mihaly et Harry Robinson.

     

    - Fana de l'Aviation n° 147 à 149.

     

    - Fana de l'Aviation n°488 qui évoque la brève carrière d'Hélène Boucher chez Caudron

     

    - Les avions Caudron tome II, Lela Presse.

     

    - L'Aéronautique juillet 1934.

     

    - La BD "Hélène Boucher - l'étoile filante" de Didier Quella-Guyot et Olivier Dauger dans la collection "Cockpit". 

    La maquette:

    Comme j'ai pris l'habitude de le faire pour mes dernières maquettes, je vous présente cette maquette intégrée dans un mini diorama. Les

    personnages sont issus de la production de Paulestudios: http://paulestudios.com/.

    Montage:

    Un tuto spécifique au montage des avions Caudron de course est accessible ICI

     

    J'insisterai juste sur les points suivants:

     

    - on peut s'abstenir de poser la pièce repère 20. Sa pose est délicate et n'apporte pas grand chose car elle disparait en grande partie sous le capotage du moteur. A réserver donc aux puristes.

     - les carénages de roues sont délicats à réaliser compte tenu de leur taille et de leur forme. Une alternative consiste à les réaliser en bois tendre (balsa par exemple), le revêtement en papier venant habiller les formes ainsi obtenues. Avantage: uniquement des demi roues seront nécessaires pour les finaliser!

     Les planches de la maquette:

      

    Téléchargement des 3 planches au format A4, 2Mo environ la planche.

     

    Planche 1   Planche 2   Planche 3

     

    ou sur le site de mon ami Pierre:

     

    http://pierreg.free.fr/carton/projet/myproj.htm

     

    Photos archives:

     

    Quelques rares photos recueillies sur le net ou dans la presse. ICI.

     

    Débriefing:

     

    Concernant le choix de la peinture des montants de verrière:

     

    La couleur bleu des planches peut varier d'une impression à l'autre suivant la marque

     

    et les caractéristiques de l'imprimante utilisée ainsi que du niveau de qualité d'impression souhaité.

     

    Cette différence de teinte, si minime soit' elle, se remarque sur mes maquettes. Pour bien faire, la peinture des montants de verrière doit être

     

    exécutée après, et en fonction du rendu de la teinte bleu des planches.

     

    Bons vols

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    CAUDRON C450 R2

    Terrain d'Etampes le 9 septembre 1936.

    Air comprimé branché pour démarrer le moteur, le mécanicien attend que Gracieuse Lallus rentre sa tête dans le minuscule espace qui lui a été aménagé à l'avant de l'appareil, pour en refermer l'accès.

    Maurice Arnoux, aux commandes, est prêt à démarrer son moteur et à se lancer à l’assaut de nouveaux records de vitesse.

    Présentation:

     Il s'agit de l'unique C450 cellule n°6910, vainqueur de la Coupe Deutsch de la Meurthe de 1934 et détenteur de nombreux records de vitesse dont ceux "décrochés" par Hélène Boucher.

    Cette cellule fut équipée d'un moteur Renault 456 amélioré, poussé à 370ch au banc, permettant des surcharges moteurs de durée limitée.

    Un radiateur de surface supplémentaire fut installé sur la partie gauche du capot moteur.

    Destiné à s'attaquer aux records de vitesse dans la catégorie des avions légers multiplaces dont le poids à vide est limité à 560kg, il fut désigné naturellement C450R2.

    une place passager rudimentaire, noyée dans le fuselage, fut aménagée entre le moteur et le poste de pilotage, derrière le réservoir d'essence.

    Elle permet d'accueillir une personne de petite taille.

     

    Un panneau vitré coulissant supérieur permet d'y accéder, et deux petits hublots sur les cotés donnent un semblant de visibilité vers le sol.

    A noter que le passager devra supporter le bruit et la chaleur du moteur, infernale malgré l'adjonction d'un radiateur supplémentaire!

     

    Les records:

     

    Le 8 aout 1935, sur le C4501R2, Maurice Arnoux avec comme passagère Marie Louise Becker, porte à 453.743km/h le record de vitesse sur 100km de la catégorie, et le 9 septembre 1936, Maurice Arnoux avec comme passagère Gracieuse Lallus, celui sur 1000km à la vitesse moyenne de 400.293km/h.

     

    Sources:

     

    - Docavia n°43, Les Avions Caudron Renault par Edouard Mihaly et Harry Robinson.

    - Fana de l'Aviation n° 147 à 149.

    - Les avions Caudron tome II, Lela Presse.

    - L'Aéronautique juillet 1934.

    - Aviafrance

    - Speedbirds

     

    Ne pas rater le petit film que vous pouvez visionner sur le site d'Info Pilote:

     

    https://www.info-pilote.fr/Record-de-charme-du-Caudron-C450_a1757.html

     

    Il fallait en avoir (du courage) à l'époque!

     

    La maquette:

     

    Cette maquette sommeillait dans mon ordinateur depuis quelque temps, pour preuve le chrono n°7 qu'elle porte et que j'ai conservé. Les Caudron de course font partie des modèles les plus délicats à modéliser en papier du fait qu'il est difficile de restituer les formes fluides que leur concepteur, Marcel Riffard, leur avait donné.

     

    Après un certain nombre d'heures passées à plancher sur cette série d'avions, je pense avoir été au bout de mes cogitations et essais pour les modéliser au mieux.

     

    Comme je l'ai commencé pour le Nicolas Claude Aquillon, je vous présente dorénavant mes maquettes sous forme de mini dioramas. Les personnages sont issus de la production de Paulestudios:  https://paulestudios.com/ qui a bien voulu m'en réaliser une série au 1/66.

     

    Montage:

     

    Un tuto spécifique au montage des avions Caudron de course est accessible ICI

     

    J'insisterai juste sur les points suivants:

     

    - on peut s'abstenir de poser la pièce repère 20. Sa pose est délicate et n'apporte pas grand chose car elle disparait en grande partie sous le capotage du moteur. A réserver donc aux puristes.

     

    - sur la maquette présentée, les parties vitrées sont transparentes et l'emplacement des deux hublots latéraux ouverts et rebouchés d'une goutte de KristalClear (à défaut colle à bois vinylique). Cela vous obligera à aménager un minimum le poste de pilotage, surtout si vous optez pour une verrière en position ouverte. Quand on aime....

     

    - les carénages de roues sont délicats à réaliser compte tenu de leur taille et de leur forme. Une alternative consiste à les réaliser en bois tendre (balsa par exemple), le revêtement venant habiller les formes ainsi obtenues. Avantage: uniquement des demi roues seront nécessaires pour les finaliser!

     

    Les planches de la maquette:

     

    Téléchargement des 3 planches au format A4, 2Mo environ la planche.

     

    Planche 1   Planche 2   Planche 3

     

    ou sur le site de mon ami Pierre:

     

    http://pierreg.free.fr/carton/projet/myproj.htm

     

    Photos archives:

     

    Quelques rares photos recueillies sur le net ou dans la presse. ICI.

     

    Débriefing:

     

    Concernant le choix de la peinture des montants de verrière: la couleur bleu des planches peut varier d'une impression à l'autre suivant la marque et les caractéristiques de l'imprimante utilisée et du niveau de qualité d'impression souhaité.

     

    Cette différence de teinte, si minime soit' elle, se remarque sur mes maquettes. pour bien faire, la peinture des montants de verrière doit être exécutée après et en fonction du rendu de la teinte bleu sur les planches. A titre d'information, j'ai utilisé du bleu n°14 Email Color de Revell.

     

    JFR team Neufgrange - maquettes FSC Dujin propose la maquette résine du C450 au 1/72 qui peut servir de base pour réaliser le C450 R2.

    Sinon....

     

    Bons vols

     

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires
  • FARMAN 190  F-ALAP  ALSA DE MOENCH ET BURTIN

    Un peu d'histoire au travers de la presse de l'époque:

    la route aérienne qui, partant de l'Europe Occidentale (Londres ou Paris), passe par la méditerranée, la Syrie, la Perse (actuel Iran), le nord de l'Inde, bifurque au Siam (actuelle Thaïlande) vers l'Australie et vers l'Indochine, a de tout temps attiré les grands pilotes (Costes et Le Brix, Bailly et Reginensi etc). A leur suite sont venus des grands touristes, qui, sans battre de records, ont cependant fait de beaux voyages. Si un des plus retentissants fut celui de Goulette et Lallouette qui effectuèrent le trajet Paris Saïgon en 5 jours, 3 heures et 50 minutes, le Paris Hanoï effectué en moins de 10 jours par Christian Moench etJoanny Burtin constitue une belle performance, d'autant plus qu'ils ne mirent que 4 jours pour couvrir le trajet d'Alep à Hanoï.

    Leur avion était un Farman F190 à moteur Gnome Rhône Titan 230cv  baptisé ALSA en l'honneur de la levure qu' Emile Moench, le père de Christian Moench, popularisa. Le 2 mars 1931 à 15h10, Ils quittèrent Le Bourget et après une quinzaine d'heures de vol atteignirent la Grèce. Malgré le mauvais temps, ils quittèrent Athènes le 7 mars mais furent contraints à un atterrissage forcé à 80km d'Alep endommageant légèrement leur hélice. Ils purent malgré tout redécoller le lendemain, après une réparation de fortune, pour un voyage qui, des lors, allait se poursuivre très rapidement.

    Le 12 mars à 17h00, ils se posaient à Hanoï et venaient d'accomplir une liaison rapide France - Indochine en 9 jours et 19 heures (Les ailes 310319).

    Mais il n'en restèrent pas là. Le 14, ils étaient à Honk Kong, et le 21 à 15h ils se posaient à Tokyo après avoir fait escales à Shanghai et Séoul. Ils avaient ainsi parcouru 20000km en 18 jours dans des conditions atmosphériques souvent très mauvaises.(LA310331)

    L’Aéronautique japonaise feta les voyageurs et le Général Nagaoka leur remis la grande médaille d'or de la "Société Aéronautique Japonaise". (ARN3106).

    Puis ce fut le retour vers la France. Décollage de Tokyo le 26 mars à 7h08 (LA310402) pour une arrivée triomphale au Bourget le 19 avril à 11h55.(La310423).

    Les deux aviateurs ont relaté en détail leur périple dans un interview accordé au journal Le Ailes qui le publia dans ses numéros des 310430 et 310604.

    Mais ils n'en restèrent pas là. Toujours avec leur Farman 190, ils quittèrent Paris pour Istres d'où ils prirent le départ le 30 pour Madagascar qu'ils se proposaient de rallier en 8 jours. (LA311005). Ils ne mirent que 6 jours, 9 heures et 45 minutes battant le temps du parcours Paris Tananarive.

    A noter que le raid sur Tokyo a été entièrement financé par Christian Moench et son père, sans nulle intervention du Ministère de l'Air .Il en est de même pour le raid sur Madagascar, les frais du voyage étant couverts par un commanditaire qui n'est autre que le propre frère de Moench.

    La démonstration de Moench et de Burtin est venue à son heure pour montrer que les grandes liaisons aériennes avec les colonies ne sont pas "l'exclusivité de nos amis de l'Aviation Britannique" (sic).(LA311112).

    Le retour s'effectua sans problème malgré le fait qu'il prit plus de temps qu'à l'aller, le mauvais temps ayant sévit sur une grande partie du trajet (LA311126).

    Que faut il retenir de cette longue randonnée de 25000km qui a conduit le très sympathique équipage de Paris à Tananarive,  puis de Tananarive à Paris?

    Une compile des pages des revues aéronautiques d'époque évoquant les raids de l'ALSA sont accessibles ci-dessous.

    L'Aeronautique       L'Aérophile       Les Ailes 1/2     Les Ailes 2/2

    Documentation:

    - La série d'articles sur les Farman 190 et dérivés parus dans la revue AVION

    - Le DOCAVIA n°21 "Les Avions Farman" de J.Liron

    - Le FANA de L'AVIATION n° 484 concernant l'appareil du Musée de l'Air et de l'Espace (dont on trouve aussi des photos sur le net)

    - La remarquable biographie concernant Alain Moench sur le site https://planons.com.

    La maquette:

    La lecture du livre de V. FERRY "CIELS IMPERIAUX AFRICAINS 1911-1940" est un peu à l'origine de cette maquette.

    Y sont relatés les nombreux raids effectués à cette époque par des personnages bien souvent "hauts en couleurs". Question type d'avions, les FARMAN 190 et dérivés y tiennent une place de choix.

    Le site CREZAN AVIATION et en particulier la page traitant de l 'ALSA a été l'élément déclencheur. / http://www.crezan.net/pag_f190/190_52.html

    Le montage:

    Quelques photos concernant le montage sont regroupées sur une page spécifique à laquelle vous accéderez en cliquant sur ce lien suivant: 

    ACCES PHOTOS MONTAGE

    La structure du fuselage et de de l'aile:

    A mon habitude, tous mes modèles sont dotés d'une structure rigide en carton. Voir les vues en perspective de la planche 2.

    Du soin apporté à la réalisation de la partie centrale (photo 1 et 2) découlera la bonne géométrie du fuselage. Ayant opté pour des vitrages transparents, une ouverture rectangulaire est réalisée dans ceux-ci. Cette ouverture est à garnir d'un morceau de rhodoid un peu rigide que l'on immobilisera par quelques points de colle (vinylique blanche pour éviter l'opacification générée souvent par le collage à la cyano). Les flancs seront réunis à l'arrière (photo 3) après en avoir biseauté leurs extrémités puis réunis à l'avant en pinçant le couple . C'est à cette étape qu'il convient d'aménager un minimum le poste de pilotage (photo 4). C'est ce que j'ai essayé de faire, plus pour me faire plaisir que par soucis de fidélité à l'original, en m'inspirant du dessin ci-dessous. Les instruments de la planche de bord ont reçu, au préalable, une goutte de vernis incolore (ou de Crystal clear), (photo 5). Je sais, c'est du pinaillage mais on a droit de se faire plaisir!

    FARMAN 190  F-ALAP  ALSA DE MOENCH ET BURTIN

    Les dessins en perspective de la planche 3 devraient vous permettre de finaliser l'assemblage de la structure du fuselage.

    Le même principe de structure rigide est appliqué aux ailes. La vue en perspective de la planche 4 vous montre la disposition des différents éléments. Cela va sans dire que les biseautages indiqués doivent être réalisés avec soin pour que l'ensemble "file bien".

    On passera un coup de crayon gras bleu (ou de feutre) à tous les endroits ou des éléments de l'habillage se rejoindront (photo 6). Cette mise en couleur s'applique aussi aux champs de toutes le pièces avant leur mise en place.

    Avant de passer à l' habillage de cette structure, on collera le train T5 au verso de la cloison S3 (photo 7).

    Revêtement du fuselage

    Les hublots seront percés à l'emporte pièce (photo 8). le mien est d'origine Multirex (pub gratuite). La structure reçoit son revêtement( rep.1) après en avoir marqué les plis. C'est l'étape la plus délicate. L'utilisation d'une colle vinylique (dite blanche) vous permet de disposer d'un court instant pour ajuster les éléments entre eux (photo 9). La partie du revêtement enveloppant le bord d'attaque de l'aile sera ceintrée puis collée. Il restera à habiller le dessous du fuselage (rep 2) pour terminer celui-ci.

    Revêtement des ailes

    Les revêtements (rep 4) sont posés en collant d'abord l'intrados sur la structure, puis en rabattant l'extrados le long du profil pour finir en le collant le long du bord de fuite de l'aile. Si vous prenez soin de pré-galber l'extrados de l'aile (photo 11), la pose du revêtement ne présente pas de difficulté particulière. Seul la réalisation des bords marginaux demande un peu de soin.

    Empennages

    Dans la foulée, on pourra réaliser les empennages. Une cap de 5/10 collée le long du bord d'attaque du plan fixe (photo 12) lui garantira une certaine rectitude. L'habillage des éléments constituant l'empennage n’appelle pas de commentaires particuliers sauf qu'il faut prendre soin d'en marquer les plis (photo 13). J'ai opté pour une réalisation séparée des parties mobiles. Outre que cela permet une mise en place plus aisée des guignols (rep 13), les coller avec un léger angle donnera un peu de vie au modèle.

    Pare brise

    Tant que le fuselage est facilement manipulable on s'attaquera à la pose du pare brise. La pièce (rep 10) servira de patron pour le découper dans une chute de rhodoïd (photo 14). Les angles seront marqués d'un léger coup de cutter pour en faciliter le pliage. Plus facile à dire qu'à faire. Equiper mes modèles de vitrages transparent est une nouveauté pour moi et je dois dire que plusieurs tentatives ont été nécessaires pour arriver à un résultat à peu près correct. Les montants ont été peints à main levée. J'ai hésité à utiliser du ruban de masquage pour les délimiter de peur de décoller un pare brise dont la réalisation et la pose m'ont quelque peu fait transpirer!

    Les roues

    Après l'épreuve précédente, la réalisation des roues permet de retrouver une certaine sérénité. Pour une fois, je n'ai pas fait appel à ma mini perceuse pour les tourner. Leur mise en forme se fait directement par ponçage et la surface du pneu repassée en gris foncé (photo 15).  Par la suite, j'ai doté les pneumatiques d'un léger méplat pour simuler l'écrasement du pneu au sol (photo 15). Comme dit l'autre: "ça ne mange pas de pain". Alors....

    Le train est complété de ses jambes de force dont le revêtement (rep T2) a été préalablement "délaminé" pour être enroulé et collé sur la cap T1. Cette dernière sera ajusté en longueur avant de rejoindre son emplacement (photo 16). La pose de la béquille B n’appelle pas de commentaires particuliers.

    La mise en croix

    Il est temps pour les ailes de rejoindre le fuselage. Les ailes ne présentant pas de dièdre (extrados plat) et étant reliées au fuselage par de généreux mats (rep M2), elles sont directement collées par leur emplanture au fuselage, l'ensemble ailes / fuselage étant disposé à plat sur le dos. Une planchette, sommairement équipée de butées, fait office de bâti de montage (photo 17).

    L'habillage et la pose des différents mats et des amortisseurs du train (rep T4) demande un peu de patience (photo 18 et croquis page 2). Une fois le modèle dégagé de son bâti et remis dans une position plus académique (en ligne de vol), on pourra l'équiper de son empennage et de la  mature de ce dernier (croquis page 2). Ne pas oublier les guignols d'ailerons (rep 12).

    Le moteur

    Il s'agit d'un Gnome et Rhone 5Ba "Titan", pas facile à modéliser en particulier au niveau de son système d'échappement.

    J'avoue que le défi que représentait la représentation du moteur est pour quelque chose dans la modélisation du Farman 190. Le moins que l'on puisse dire est qu'il se remarque sur l'avion. De plus la présence d'un collecteur d'échappement annulaire ne simplifie pas les choses.

    Le maximum de ses éléments est réalisé en papier. Reste le tubulures coudées irréalisables en papier (du moins à cette échelle). Celles d'échappement (devant) sont simulées au mieux avec du fil de cuivre (récup. de bobinages de moteurs électriques). Par contre, seule l'amorce de celles d'admission, à l'arrière du moteur, n'est réalisée (photos 19 et 20). Reste leur liaison avec les cylindres à imaginer (fil à coudre de bon diamètre genre fil à gant?)

    Sans tomber dans l'autosatisfaction, je suis assez content du rendu visuel de l'ensemble. Il peut rejoindre la cloison pare feu S5 après interposition de l'habillage de cette dernière (rep14).

    Et pour se faire plaisir.....(liste non exhaustive)

    - La cabine a été équipée de différents accessoires comme l'extincteur rep 7 ou la boite batterie rep12 (voir croquis ci-dessus). On ne les vois pas, mais quelle satisfaction de savoir qu'ils y sont!

    - Les feux de position (ailes et dérive) sont en plastique étiré (la modélisation papier a ses limites).

    - Les câbles de commande sont en fil de bronze de 2/10 (méthode J. Maillière:http://www.criquetaero.fr/un-haubanage-realiste-a172355804  )

    - On peut rajouter sur le dessus du capot avant ce qui semble être un compas supplémentaire (papier)

    - Le venturi sur l'extrados de l'aile au centre du fuselage (je l'avais réalisé avec deux cure dents en bois collés par leurs pointes, mais celui-ci a été très rapidement épris de liberté à la première manipulation du modèle. J'ai accédé à ses désirs....

    Afin que les choses soient claires, et au risque de me répéter....

     Contrairement à une maquette plastique pour laquelle le soucis du réalisme peut être poussé à son paroxysme partout où le regard à envie de se poser (voir au travers d'appareils grossissants), la maquette papier se prête mal à un examen trop rapproché.

    Je m'explique:

    Plus l'échelle retenue est petite, plus les contraintes liées à la modélisation papier deviennent des obstacles. Dans un premier temps, difficiles à contourner, pour devenir, finalement, incontournables.

    L'impossibilité de la représentation à plat d'une surface sphérique constitue une parfaite illustration de mon propos. Voir projection de Mercator et consort pour la représentation de notre planète.

    Concernant les maquettes d'avions, seules des réalisations à l'échelle du 1/32 (échelle métrique "Reine" pour le papier) sont à même de soutenir la comparaison avec leur homologue plastique à l'échelle anglo-saxonne du 1/33 pour les maquettes plastique.

    Toute flagornerie mise à part, j'ai pris l'habitude, à l'occasion d'expos, de présenter une maquette papier au 1/33 (de bon niveau), et rares sont ceux capables d'identifier, à prime abord, le fait qu'elle soit en papier. Bien souvent, je suis obligé de montrer les planches dont elle est issue pour vaincre un certain scepticisme.

    Concernant l'échelle du 1/66 que j'ai retenue, une présentation à une cinquantaine de centimètres me semble être la bonne distance pour que la magie opère.

    De ce fait, il est inutile de trop s'appesantir sur la représentation de détails qui," in finé", seront peu ou pas accessibles au regard.....sauf pour se faire plaisir. 

    Téléchargement (downloading)

     Téléchargement des 5 planches au format A4, 2Mo environ la planche.

     PLANCHE 1    PLANCHE 2    PLANCHE 3     PLANCHE 4    PLANCHE 5

    ou sur le site de mon ami Pierre:  

    http://pierreg.free.fr/carton/projet/myproj.htm

    Photos archives.

    Quelques rares photos de l'ALSA recueillies sur le net ou dans la presseICI

    Photos maquette.

    FARMAN 190  F-ALAP  ALSA DE MOENCH ET BURTIN  FARMAN 190  F-ALAP  ALSA DE MOENCH ET BURTIN FARMAN 190  F-ALAP  ALSA DE MOENCH ET BURTIN

    FARMAN 190  F-ALAP  ALSA DE MOENCH ET BURTIN FARMAN 190  F-ALAP  ALSA DE MOENCH ET BURTIN FARMAN 190  F-ALAP  ALSA DE MOENCH ET BURTIN

    FARMAN 190  F-ALAP  ALSA DE MOENCH ET BURTIN FARMAN 190  F-ALAP  ALSA DE MOENCH ET BURTIN FARMAN 190  F-ALAP  ALSA DE MOENCH ET BURTIN

    Debriefing:

    Ce modèle fait partie de ceux qui m'ont demandé le plus de travail, particulièrement au niveau de la mise en forme des planches, alors que bien souvent la maquette est pratiquement terminée.

    Le Farman 190 et ses dérivés, ont bénéficié de livrées particulièrement attrayantes que je pense bien coucher un jour sur le papier. Je me devais donc d'en standardiser un minimum les planches de façon à pouvoir, sans trop de difficulté, en décliner d'autres versions.

    Des fois que (on ne sait jamais) certains soient tentés par l'aventure....

    Bons vols.

     

     

     

     

    .

     

     


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires