•  

    MAUBOUSSIN XI

    N'envisageant tirer aucun profit de mes maquettes, j'avais imaginé, les offrir à une association œuvrant dans la préservation de notre patrimoine aéronautique qui aurait pu les diffuser, à leur profit.

    Cette démarche aurait pu aboutir avec des planches de maquettes destinées "tout public", c'est à dire simplifiées au maximum.

    Là, je ne sais pas faire. Et pourtant, j'ai essayé, mais en vain. Je n'arrive pas à modéliser un avion de cette façon. J'ai l'impression de le caricaturer.

    Un certain nombre de planches sont donc restées "en sommeil" et je vais profiter de leur diffusion pour en revisiter la présentation.

    La recherche de documentation concernant un avion ancien est passionnante. J'y éprouve au moins autant (voir plus) de plaisir que sa modélisation, la maquette étant, en quelque sorte, le point final de l'aventure.

    La possibilité d'avoir accès aux anciens journaux au travers de la bibliothèque numérique de la BNF (Gallica) est particulièrement intéressante.

    Une présentation faisant appel à des extraits de presse d'époque me semble une façon originale de faire connaître l'histoire de l'avion dont je propose les planches. Ce sera dorénavant l'exercice auquel je tenterai de me livrer. En espérant que la démarche vous séduira.

    J'ai donc "remis dans le circuit" les planches du MAUBOUSSIN XI, avec une présentation dans l'esprit de mon exposé ci-dessus.

     

    ACCES DIRECT

    Bons vols.


    votre commentaire
  • POTEZ 36-14 F- ALFY

     

    Un peu d'histoire

    Le POTEZ 36 fait partie de ces avions qui, fin 1920 - début 1930, furent à la base du développement de l'aviation de tourisme en France. Potez fut le premier, au monde, à avoir imaginé et proposé un avion de tourisme. C'était en 1919 avec son Potez VIII.

    L'état de la France, en cette période d'après guerre, n'était pas propice et le succès ne fut que très relatif avec une dizaine d'appareils vendus.

    POTEZ 36 VIII

                                                                                               POTEZ VIII   photo constructeur

    A la fin des années 20, la situation économique de la France s'est améliorée. POTEZ a retrouvé une certaine santé sur le plan financier avec sa production de POTEZ 25 pour l'armée. Le moment était venu pour ré-aborder le sujet.

    Pour Potez, un avion de tourisme, digne de ce nom, devait répondre à plusieurs critères:

    Etre biplace, à conduite intérieure, à l'aménagement aussi cossu qu'une voiture, c'est à dire offrant des places cote à cote.

    La cabine doit être abondamment vitrée, avec une vue dégagée vers le bas pour admirer le paysage, donc, l'aile haute s'imposait.

    La structure doit être simple et d'entretien facile. Le bois était le matériau de prédilection. Les ailes doivent pouvoir se replier le long du fuselage pour faciliter le garage et le remorquage sur route. Les interventions sur le moteur doivent être de la compétence d'un mécanicien automobile. Seuls deux moteurs, à cette époque, répondent à ces exigences: le Renault 4Pa ou le Salmson 5Ac. Leur légèreté est un atout supplémentaire, malgré une consommation un peu élevée.

    Le pilotage doit être sûr et aisé,  accessible à un pilote de compétence moyenne.

    Enfin, son prix doit être raisonnable, aux alentours de 50000 francs de l'époque (soit environ 28000€ de nos jours).

    Ainsi naquit le POTEZ 36 dont le prototype fit son premier vol le 27 septembre 1928.

    Avant d'arriver à la version 14 du POTEZ  36, de nombreuses versions virent le jour, essentiellement dues à des essais de motorisations variés ( Anzani 6A et 6B, Salmson 5Ac et 7Ac, Renault 4Pa de 70ch,et 4Pb de 95ch.....).  L'innovation la plus marquante reste l'adjonction de becs de sécurité à l'aile, à partir de la version 36-6. La sustentation  se trouve augmentée de 33% au prix d'une vitesse réduite de 5% du fait d'une trainée plus importante. La sécurité se trouve ainsi accrue, en particulier vis à vis de pilotes n'ayant pas, généralement, un haut degré d'entrainement.

       Le Potez 36-14

    Au printemps 1930, l'aspect du type 36 est définitivement figé avec, en particulier, une nouvelle dérive agrandie, un accès à la cabine de chaque coté du fuselage, et le montage systématique des becs de sécurité. Deux motorisations interchangeables, aux performances équivalentes, sont proposées: le moteur à 7 cylindres en étoile Salmson 7Ac pour la version 36-13 et le moteur 4 cylindres en ligne Renault 4Pb pour la version 36-14 à laquelle appartient le F-ALFY, dont le vous propose la maquette.

    Le succès est immédiat et environ 100 exemplaires furent construits dans chacune de ces versions.

    Documentation

    La revue AVION n° 170 à 173. (R. Cuny) vous relate en 4 numéros l'histoire du Potez 36. Incontournable.

    Le FANA de l'AVIATION n° 256. (M. Benichou) propose un reportage sur le F-PHZN remis en état de vol par l'association Epsilon et qui est exposé aujourd'hui, dans la gare d'Albert, dans la Somme, non loin de Meault où se situaient les usines Potez de l'époque.

    Un Potez 36 (36-13) est exposé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget. Un autre est en reconstruction au "Musée de la chasse" à Montélimar avec l'intention de le remettre en état de vol.

    La défunte revue MVM n°11. (M. Depaux) vous présente une maquette radiocommandée de haut niveau. Je me suis basé sur les plans (très détaillés) de cette maquette pour modéliser mon modèle. La maquette de M. Depaux est celle d'un POTEZ 36-13 absolument identique au 36-14 mis à par la motorisation (moteur en étoile 6 cylindres Potez au lieu du 4 cylindre en ligne Renault).

    L'AVIATION LEGERE EN FRANCE (1920 - 1944) de R.Gaborieau. Ma bible!

    Le journal LES AILES du 18 avril 1929 proposent une description technique de l'avion sous la plume d'A. Frachet.   VOIR

     La maquette

    Cette maquette fut l'une des toutes premières que j'ai dessinée (2013). Elle avait fait l'objet d'un article de présentation et d'une diffusion des planches par l'intermédiaire du site de mon ami, et Pygmalion, Pierre. Site que je vous recommande et sur lequel vous pouvez retrouver, entre autres, toutes ma production.

    En 2017, fort de l'expérience acquise, j'avais retouché ces planches pour les mettre au standard des présentations actuelles, et puis, comme celles d'autres modèles, elles étaient restées au fond de mon disque dur.

    Je voulais représenter un POTEZ 36-14 avec le schéma de peinture standard de sortie d'usine (couleurs bleu et aluminium). Mon choix c'est  porté sur le F-ALFY, dont un beau profil couleur de Thierry Dekker, et des photos en noir et blanc de bonne qualité, nous sont proposés dans l'article de la revue AVION ci-dessus évoqué.  

    Le POTEZ 36-14 F-ALFY appartenait à M. Artigalas et était basé à Cahors (Lot) en 1931.

    Un plan 3 vues au 1/72 de cette version standard nous est proposé toujours dans l'article ci-dessus. Le dessin très fin n'est pas altéré par un agrandissement au 1/66.

    POTEZ 36-14 F- ALFY

    Pour faciliter la modélisation je me suis servi aussi des plans de M. Depaux (revue MVM). Ces plans dessinés à l'échelle 1/6.8 sont d'une grande précision et permettent d'obtenir des cotes plus précises par réduction de l'échelle, plutôt que par accroissement de celles relevées sur le plan au 1/72.

    Le montage

    Les étapes principales du montage du POTEZ 36 ont été détaillés dans la présentation des POTEZ 36-14 F-ALAC et F-AJZZ.  VOIR

    Téléchargement (downloading)

    Téléchargement des 2 planches, au format A4, 2Mo environ la planche.

    PLANCHE 1          PLANCHE 2              

    ou prochainement sur le site de mon ami Pierre:  

    http://pierreg.free.fr/carton/projet/myproj.htm

     

    Et pour savoir plus.....

    Quelques vues du modèle terminé VOIR

    Mes autres modèles POTEZ au 1/66  VOIR

    Photos archives POTEZ F-ALFY   VOIR

    A propos des becs de securité      VOIR

    Bons vols!


    votre commentaire
  • TUTO MOTEUR LE RHONE

                                                                     De la fabrication en quasi série, dans les ateliers du criquet.

    Dernièrement,  j'ai mis en ligne les planches du Nieuport 17 de René Dorme.http://www.criquetaero.fr/nieuport-17-de-rene-dorme-a154541318

    A en juger par le pic de fréquentation que cela a déclenché sur mon site, ce modèle n'a pas laissé indifférent.

    Cet appareil est équipé d'un moteur rotatif Le Rhône 9J que l'on retrouve sur nombre d'avions français et alliés de la première guerre mondiale. Nourrissant une "tendresse" particulière pour les avions français de cette époque, et pour les avions Nieuport en particulier, vous le retrouverez sur un certain nombre de modèles qui figurent en bonne place sur ma (longue) liste de beaux avions français qu'il me reste à modéliser.

    Pour achever de décider ceux qui projettent de monter ce modèle, mais qui hésitent de crainte de ne pas être à la hauteur, je vous propose un petit tutoriel. Comme vous allez vous en rendre compte, avec un rien de patience et un soupçon de dextérité,c'est une opération accessible à tout modéliste étant un minimum familiarisé avec le modélisme papier.

    Ce moteur, à mon échelle favorite du 1/66, tiens "à l'aise" sur une pièce de 1 centime d'euro comme vous pouvez vous en rendre compte sur la photo ci-dessus. Une fois en place sous son capot, il est quasiment invisible! Mais quel plaisir de savoir qu'il est bien là! Et puis, rien n’empêche, comme proposé dans l'article sur le Nieuport 17 évoqué ci-dessus, de présenter la maquette capot moteur déposé. Un must pour un diorama.

     TUTO MOTEUR LE RHONETUTO MOTEUR LE RHONE

                                                                                         Le moteur recto verso

    Place maintenant au montage de notre petit rototo (moteur rotatif en jargon aéro).

    Les vues ci-dessus permettent de localiser aisément les pièces constituant ce moteur. Ces pièces figurent sur la planche 2 de la maquette du Nieuport 17 et sont en téléchargement à partir de l'article qui lui est consacré.

    A noter que tous les collages se font à la colle à bois dite "colle blanche" que l'on trouve en petits conditionnements dans tous les magasins de bricolage.

     

    TUTO MOTEUR LE RHONETUTO MOTEUR LE RHONETUTO MOTEUR LE RHONE

                   -1- roulez, roulez.....                   -2-  colle en zone rouge seule             -3- ajustement en longueur

    Les cylindres E4.

    Ils sont au nombre de 9 réalisés à partir de bandelettes de papier enroulées autour d'une tige rigide de 1mm de diamètre.

    Pour que cette opération soit rendue possible, compte tenu du faible diamètre final de ces cylindres (2mm environ), l'épaisseur du papier à utiliser ne peut excéder un certain grammage (épaisseur) faute de quoi, l'enroulement risque d'être délicat, voir impossible à réaliser correctement.

    Deux possibilités s'offrent à vous:

    soit partir de la planche en "délaminant" au préalable les bandelettes de papier (voir lien en fin d'article), le papier de 160g conseillé pour imprimer la planche étant un peu trop épais pour obtenir un résultat satisfaisant.

    Soit réimprimer le dessin des bandelettes sur du papier standard utilisé pour les photocopies (80g). Inutile non plus de gâcher de l'encre en réimprimant l'intégralité de la planche 2. Il vous suffit de télécharger le dessin des bandelettes seules que je vous propose ci-dessous.

    CYLINDRES LE RHONE 9J

    Pour l'axe sur lequel vous allez enrouler les bandelettes, la queue d'un foret de 1mm fera parfaitement l'affaire. A défaut: direction la boite à rabiots (chute de corde à piano, pointe acier etc). Photo 1.

    Durant l'enroulement, Il est possible que la bandelette s'enroule légèrement de travers. Pas grave si vous prenez soin de n’encoller que l'extrémité finale de la bandelette. (Voir photo 2 zone hachurée rouge). A noter que, pour l'encollage, j'utilise une pointe de cutter hors d'usage.Cette sorte de mini palette permet d'étaler la goutte de colle beaucoup plus facilement qu'avec un pinceau. 

    N'ayant encollé que l'extrémité de la bandelette, les spires qui la constituent sont libres et il suffit de pincer légèrement le cylindre entre les extrémités d'une pince brucelle (ou d'une" pince à épiler") pour obtenir un cylindre géométriquement parfait (photo 3)

    Mettons nos 9 cylindres de coté, et passons au carter E1. Ce dernier est une bague de papier obtenue par enroulement autour d'une tige de 5mm de diamètre (même source d'approvisionnement que ci-dessus). La bague est refermée sur elle même par collage bord à bord.

    Au préalable, si vous désirez équiper votre moteur de ses tiges de culbuteurs (O6), marquez avec la pointe d'une épingle leur emplacement à la périphérie de votre carter. Ceci facilitera le perçage ultérieur en guidant le foret. Nous y reviendrons.(photo 4)

    TUTO MOTEUR LE RHONETUTO MOTEUR LE RHONE

              -4- La bague carter E1                        -5- confettis en série.....

    Vous pouvez obtenir un collage quasi instantané en encollant au préalable les deux bords, puis laisser sécher la colle. Comme vous avez pris soin de déposer une très fine couche de colle cette dernière sèche très rapidement. A la suite de quoi vous roulez votre bandelette carter sur la tige de 5mm pour la préformer, puis, en la laissant toujours sur sa tige, vous ré-encollez un des bords et vous jointez. Collage kif-kif cyano!

    Vous voici donc en possession de votre superbe bague carter moteur.

    Avant de passer à la pose des cylindres, nous allons préparer les flasques avant E2 et E3. (photo 5).

    Problème: leur forme est ronde. L'arme absolue pour obtenir une rondelle de forme parfaite de si petit diamètre est l'emporte pièce. D'autres outillages existent et je les évoque dans un tutoriel dont le lien est en fin d'article.

    Il y a aussi la possibilité de les détourer au cutter. Avec un minimum de dextérité et de patience, rien d'impossible.

    Comme j'ai investi dans un outillage de précision, je tire d'une chute de carton de 1mm une rondelle de 5mm de diamètre que je vais enfiler dans ma bague. Cette rondelle n'est pas nécessaire, mais permet de conserver au carter sa forme parfaitement circulaire facilitant les opérations à venir. Ca rentre pile poil. Normal.

    Attention: le carter à un sens. Concernant le moteur Le Rhone 9J, l'arriere est du coté des trous que vous avez préalablement marqués. La rondelle renfort se positionne à l'avant de la bague. Une goutte de colle glissée par l'intérieur la maintiendra en position.

    On remet en place notre bague en bout de la tige de 5mm. La rondelle de renfort l’empêche de glisser sur la tige et la laisse libre en rotation. Parfait comme bâti pour les manipulations à venir.

    C'est le moment d'y rapporter les rondelles "flasques" E2 et E3. (photo 6). Sur ces dernières, le trou central destiné au passage de l'axe d'hélice n'a pas encore été percé. Emplacement bien pratique pour saisir les flasques en y piquant une pointe (aiguille par exemple). voir photo 4. A noter que les pièces présentées sont en surnombre. Normal. La photo a été faite sur la "chaine d'assemblage" de plusieurs moteurs. C'est ça le montage en série!

    Etape suivante:la mise en place des cylindres (photos 7 et 8).

    Comme vous êtes méticuleux, vous les orienterez de façon que leur fermeture soit à l'arrière du moteur, donc invisible. Je sais, c'est du pinaillage, mais ce n'est pas plus long......

    Si vous disposez d'une pince brussels à bout pointu, rien de plus simple pour les saisir voir photo 5. La encore, fixation par microgoutte de colle.

     TUTO MOTEUR LE RHONETUTO MOTEUR LE RHONETUTO MOTEUR LE RHONE

         -6-  plus pour mieux comprendre                 -7- pose des cylindres                                -8- .....et voilà!

     TUTO MOTEUR LE RHONETUTO MOTEUR LE RHONETUTO MOTEUR LE RHONE

                         -9- carter arrière                             -10- recto:verso                       -11- et pour finir....les tiges de culbuteurs

    La rondelle simulant les tubulures d'admission E5 s'intercale entre le moteur et une autre rondelle figurant le carter arrière E7. Attention à la positionner de façon que les tubulures puissent s'intercaler et être rabattues entre les cylindres et immobilisées par la sempiternelle.... microgoutte de colle.

    Sur la photo 9, j'ai ajouté une petite bandelette à la périphérie de E7, le résultat de l'estampage d'un si petit diamètre n'étant pas assez" net" à mon gout. Je sais, je sais..... c'est du pinaillage, mais c'est plus fort que moi!

    Reste à mettre en place les 9 tiges de culbuteurs tirées d'une corde à piano de 3/10. En dehors des magasins de modélisme un tel diamètre de corde à piano est difficile à trouver, mais les alternatives ne manquent pas (poil de balai brosse, fil de bobinage electrique etc). On perce les trous que nous avions préalablement marqués dans le carter E1 avant sa mise en forme, puis on y glisse, une à une les 9 tiges de culbuteurs,une de leurs extrémités pliée à l'équerre. Ces dernières viennent s'appuyer sur le haut de chaque cylindre correspondant. Une goutte de colle les y immobilisera et bouchera, en même temps, le trou central de chaque cylindre (photo 11).

    Et voilà. Simple non? C'est quand même formidable le papier!

    Récap. de quelques liens susceptibles d'intéresser les moins aguerris au montage de maquettes en papier.

    http://www.criquetaero.fr/des-petits-trous-toujours-des-petits-trous-a135590956

    http://www.criquetaero.fr/petits-tubes-de-papier-a135591458

    http://www.criquetaero.fr/galber-le-papier-a135591378

     

    Bons vols.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  • LE SFAN II A REJOINT MON SITE Le S.F.A.N. 2 faisait partie des modèles que je n'avais pas encore totalement finalisé.

     

    C'est maintenant chose faite et article et planches téléchargeables gratuitement pour monter cet appareil original sont accessibles: ICI

    Bons vols.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires