• ¨PERSONNAGES AU 1/66¨PERSONNAGES AU 1/66¨PERSONNAGES AU 1/66

    Depuis un certain temps, je recherchais des personnages miniatures susceptibles de figurer aux cotés de mes modèles dans des mini dioramas.

    J'en avais bien trouvé en plastique au 1/72 dont la taille (variable d'un fournisseur à l'autre) pouvait convenir, mais le travail à exécuter pour les intégrer dans mes présentations me rebutait.

    J'ai découvert, en parcourant le forum Paper Modelers, les productions de Paulestudios https://paulestudios.com/en/projects_paperhuman.html qui propose (entre autres) des personnages dont l'ossature est en papier, et ce à différentes échelles dont le 1/64, échelle très proche de la mienne.

    Il vous en coutera 4.5€ pour 5 personnages (port compris), ce qui est raisonnable, compte tenu du soin apporté à leur fabrication et des possibilités offertes.

    Les personnages vous sont livrés, soigneusement emballés dans de petites pochettes plastiques transparentes. Chaque personnage est constitué de 21 éléments!. La tête est finement moulée dans une sorte de résine de couleur rose chair (pas besoin de la peindre, sauf si votre personnage est de couleur!). Seul un léger plan de joint est à éliminer (cutter et papier abrasif très fin, grain 400 par exemple). Les élements du corps sont prédécoupés au laser et présentés sur deux mini planchettes de carton d'épaisseur 9/10 pour les éléments du buste et des jambes et de 6/10 pour les bras et les pieds du personnage. 

    Une notice explicite est téléchargeable sur le site Paulestudios.

                                                  ¨PERSONNAGES AU 1/66                                      ¨PERSONNAGES AU 1/66

                                                               Notice (bien utile)                                                      Le kit (21 pièces, pas moins!)

    Dans la mesure du possible, j'aime bien que mes mini dioramas soit des"instantanés" de situations plausibles. N'étant pas doté d'une imagination débordante, je m'inspire de photos.

                             ¨PERSONNAGES AU 1/66                                  ¨PERSONNAGES AU 1/66

                                                       Deux photos dont je me suis inspiré pour l'attitude à donner aux personnages.

    Des empreintes sur le torse permettent de positionner bras et jambes. Ces empreintes pourront éventuellement être retravaillées avec la pointe d'un foret.

    Les membres pourront être plus ou moins pliés après une incision légère au niveau des genoux et des coudes. Cette incision recevra une goutte de colle à bois puis les membres seront immobilisés dans la position désirée  le temps du séchage.

                           ¨PERSONNAGES AU 1/66                                   ¨PERSONNAGES AU 1/66

                                                       Pliage au niveau des genoux et collage en position des jambes  (pilote assis)

    Une fois le personnage rendu dans la position souhaitée, immobiliser toutes les articulations d'une goutte de cyano fluide suivie d'une vaporisation d'accélérateur. On pourra aussi en déposer une goutte sur le torse qui atténuera l'effet "marches d'escalier" du à l'empilage des différents éléments qui le composent.

    Notre squelette pourra alors être habillé. J'ai opté pour du papier de soie (bien connu des couturières) en fines bandelettes imbibées de colle à bois diluée. Du papier japon ou du modelspan feront tout aussi bien l'affaire.Ces bandelettes sont enroulées autour des membres, puis du torse. Les plis divers sont exécutés à la pointe d'un scalpel, lorsque la colle prend une consistance pâteuse. Les parties sans plis de certains vêtements (veste, redingote....) sont découpés dans du papier 80g et rapportés sur le sujet. 

                         ¨PERSONNAGES AU 1/66                                   ¨PERSONNAGES AU 1/66

                                 Prêt pour la séance d'habillage.....                                                        Matière première: le papier dit "de soie".

    La tète sera collée sur le personnage dans la position souhaitée en tout dernier lieu. Un éventuel couvre chef (en papier) pourra donner au personnage la prestance souhaitée.

                                                                                      ¨PERSONNAGES AU 1/66

    Pour l'anecdote: Au vu de mon esprit pinailleur, le fournisseur n'a pas hésité à m'éditer des personnages à mon échelle spécifique du 1/66. Merci Paul!

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • .....ou comment la marine ancienne vient au secours des avions en papier!

     

    HAUBANAGE

                                                                         Un exemple de  haubanage bien fourni  (Caudron C128)

    Réaliser un haubanage réaliste sur une maquette d'avion en papier a toujours été pour moi un casse tête, du moins jusqu'à ce que je fasse la connaissance, à l'exposition de Tarbes, de Jacques Maillière, maquettiste de talent, spécialiste de la marine ancienne (http://modelisme.arsenal.free.fr/jacquesmailliere/fichefleuron.html). Un artiste.

    Le problème:

    Indépendamment du manque (relatif) de rigidité d'une maquette en papier, la sensibilité de ce matériau à l'hygrométrie m'a fait écarté tout ce qui est fil souple ( nylon, crin ou autre) pour la réalisation du haubanage de mes maquettes d'avions au 1/66.

    A mon sens, la seule solution passait par l'utilisation de fils rigides  contribuant à  garantir la stabilité de forme de la maquette.

    En aviation grandeur, le diamètre minimum des câbles utilisés est de l'ordre de 3mm (câbles de commandes des gouvernes sur avion léger par exemple) soit un diamètre de 1/10 mm à l'échelle du 1/66.

    Diamètre 1/10

    On trouve de la cap de 1/10 dans le commerce. Elle est livrée en bobine et conserve un" joli galbe" lorsqu'on la libère de son bobineau. Quant à la redresser : c'est pratiquement mission impossible.

    En supposant quand même que vous y parveniez..... elle devient quasi invisible une fois posée sur la maquette et n'apporte rien, mis à part une bonne dose d'autosatisfaction.

    Par expérience, il ne faut pas descendre en dessous d'un diamètre de 2/10 qui donne un bon rendu visuel au 1/66 , même si ce diamètre, dans certains cas, est un peu fort pour l'échelle.

    Diamètre 2/10

    Comme le font les maquettistes plastique, il y a possibilité d'obtenir des fils de tout diamètres par étirement d'une tige plastique au dessus d'une flamme. Généralement on utilise le plastique des grappes de moulage d'une maquette, une fois les pièces de la maquette détachées (bien sur). L'opération, aisée en apparence, demande un minimum d'entrainement. Avantage: le plastique peut aisément être peint de la couleur souhaitée. 

    Une autre solution concernant les petites longueurs: les aiguilles acier d'entomologistes. Elles sont de couleur noire et leur longueur utile est de 35mm. Ne présentant aucun risque de flambage, elles contribueront à la rigidité de votre maquette et pourront aussi éventuellement être peintes. Mais quelle solution pour les longueurs supérieures à 35mm?

    Il y a donc la solution que m'a indiquée Jacques Maillière et qu'il a mise en œuvre pour le montage de certaines de mes maquettes. Et oui, Jacques a été séduit par l'originalité de mes modèles et n'a pu  résister au plaisir de s'y essayer....avec brio, mais ceci est une autre histoire.

    Le haubanage est réalisé en fil de bronze (alliage de cuivre et d'étain) que l'on peut se procurer en bobines de 250g (950m.....il y a de quoi faire!)

                 HAUBANAGE    HAUBANAGE  

                               Léger dépolissage au papier abrasif 400                                        Recuit du fil de bronze sous légère tension                        

    La première opération consistera à le redresser. Pour ce, après avoir fait coulisser le fil entre deux feuilles de papier de verre très fin (400 par exemple) pour en nettoyer la surface, on le recuit en le chauffant tout en le maintenant légèrement tendu. Pour ma part, j'en saisi les extrémités avec de petites pinces et tout en maintenant une certaine tension je le fais circuler (un aller suffit) au dessus de la flamme d'une bougie. Attention à la vitesse de déplacement car, si trop lente....le fil fond!

                 HAUBANAGE                         HAUBANAGE 

                         Chiffon doux pour enlever le noir de fumée (bougie)                  Patine  par bain de Tourmaline et essuyage final

    Après avoir débarrassé le fil de la suie déposée par la bougie à l'aide d'un chiffon ou un bout de papier essuie-tout, le fil est trempé dans un bain de tourmaline. Une dizaine de secondes suffisent pour le patiner et lui faire prendre une couleur acier (dite canon de fusil par les antiquaires). J'ai utilisé la tourmaline pure, mais rien n' empêche de la diluer à l'eau par soucis d'économie. Il faudra juste ajuster le temps de trempage.

    L'utilisation du fil de bronze présente un autre avantage non négligeable. Il se soude facilement à l'étain, ce que ne permet pas le fil d'acier.

    Diamètre 3/10

    On peut se procurer assez facilement de la corde à piano (cap) de ce diamètre (et au dessus) dans les magasins de modèles réduits. On peut y trouve aussi du fil de cuivre ou de bronze en petit diamètre (3/10 minimum) . Ces matériaux ont l'avantage d’être proposés en tiges de 1m bien rectilignes (du moins les choisir telles quel!)

    Pose du haubanage (tous diamètres)

    Chaque fois que possible, je marque les points d'encrage des haubans sur le papier par une petite empreinte faite avec la pointe d'un foret de diamètre légèrement supérieur à celui du hauban à poser (3/10 pour un hauban de 2/10).

    HAUBANAGE

                                    Outillage: compas à pointes sèches, cutter pour couper le fil de bronze (et pierre d'affutage), aiguille, colle.

    La longueur du hauban est déterminée avec un compas à pointes sèches. Le fil de bronze est coupé à l'aide d'un cutter sur une surface dure pour avoir une coupe bien nette, puis ajusté en longueur. Inconvénient : la nécessité de redresser le fil de la lame du cutter  régulièrement à la pierre à aiguiser pour lui conserver son tranchant. Le collage se fait par de micro gouttes de colle à bois déposées au préalable dans les empreintes à l'aide d'une aiguille (par exemple). Une fois le hauban posé, de la pointe de l'aiguille, on "travaille" la micro goutte de colle de façon à lui faire épouser le pied du hauban. Tout cela se fait à la loupe, bien sûr, mais est plus difficile à expliquer qu'à faire. Pour cette opération j'utilise de la Tamiya Craft Bond (pub gratuite) dont la viscosité s'apparente à celle du yogourt. Cette colle me sert aussi à coller les verrières en rhodoïd et ne laisse aucune trace après séchage, contrairement à la cyano qui laisse une tache brillante. Bien sûr on peut utiliser de la colle à bois classique, reste à lui donner la bonne viscosité: ni trop liquide, ni trop pâteuse.

    Fournisseurs pour le bronze et la tourmaline

    Ci dessous, toute pub mise à part, les fournisseurs indiqués par Jacques auprès de qui je me suis procuré le bronze et la tourmaline. Le bronze vous reviendra à une vingtaine d'euros et à peu près autant pour la tourmaline. Attention aux minimas de commande et aux frais de port qui auront vite fait de grever la facture, si vous optez pour une livraison à domicile.

    Pour la tourmaline:

    LAVERDURE & FILS

    58 rue traversière 75012 Paris

    laverdure@laverdure.fr     www.laverdure.fr

    Pour le fil de bronze:

    WEBER METAUX

    34 rue Maurice Gunsbourg 94200 Ivry sur seine

    Epilogue

    J'ai réalisé l'intégralité du haubanage, particulièrement complexe, du Caudron C128 en appliquant cette méthode. Certes, la réalisation d'un tel haubanage nécessite un certain temps, mais avec un peu de méthode, on en vient facilement à bout.

    Et concernant la méthode en particulier, selon l'expression consacrée:    "l'essayer c'est l'adopter".

    Bons vols.

     

     


    2 commentaires
  • MOULAGE DES VERRIERESMOULAGE DES VERRIERESMOULAGE DES VERRIERES

                                                    Verrières développables (réalisation Jan Kytop)                            Verrière emboutie (Caudron C450)

    Jusqu'à présent, j'avais écarté d'office (un peu vite d'ailleurs), la possibilité de représenter, de façon transparente, les vitrages de mes maquettes   présentant une cabine fermée. Pour les modèles à cabine ouverte, le problème ne se pose pas. La partie vitrée se limite bien souvent à un  pare brise de forme simple, plus ou moins cintrée, donc facile à réaliser. Seule la figuration des montants peut être source d'hésitation.

    Le choix de vitrages transparents sous entend un aménagement minimum de ce qui se trouve derrière, ce qui, à mes yeux, compliquait le dessin de l'ossature de la maquette. Les parties vitrées étaient donc simplement suggérées sur le recouvrement. 

    Un modéliste de talent qui sévit sous le pseudo de Jan Kytop, a monté certains de mes modèles pour les faire figurer dans des collections d'avions au 1/200 et au 1/72. En ce qui concerne cette dernière échelle, vu sa proximité avec le 1/66, une réduction des planches à la photocopieuse ne modifie pas particulièrement le mode opératoire du montage.

    Non seulement les réalisations de Jan Kytop sont particulièrement soignées mais les vitrages transparents et les cabines aménagées ajoutent au réalisme. La classe quoi! Ceci étant dit, même si la forme des vitrages est développable, leur mise en œuvre fait appel à une certaine dextérité.

    Le problème concernant la représentation de vitrages transparents se pose, comme pour les maquettes en plastique d'ailleurs, avec des formes de verrières non développables. Soit on approche la forme au mieux en la rendant développable (le résultat n'est pas toujours heureux), soit il faut se résoudre à les mouler.

    Ayant repris la modélisation des avions Caudron Renault de course, j'ai essayé de réaliser une verrière transparente à partir du développé proposé sur mes planches. Le résultat obtenu s'est avéré ètre une injure à la mémoire de Riffart (le concepteur), obsédé par la finesse de ses avions.

    Je me suis donc résigné à la mouler. Vu la taille de la verrière, inutile de faire appel aux grands moyens, la technique est celle utilisée pour les formules de maquettes de vol libre dite "cacahuète" ou "peanut" (33cm d'envergure pour 10g).

    Elle consiste à emboutir une chute de feuille plastique transparente préalablement chauffée, et donc ramollie, au travers d'une empreinte reprenant la forme de la base de la verrière.

    Le poinçon

    Il est réalisé à partir d'une chute de bois présentant une certaine dureté. Dans mon cas j'ai sculpté la forme à l'extrémité d'une baguette de Niové de récup, un bois exotique qui s'apparente au buis. Si vous mettez la main sur des anciennes équerres, règles ou T de dessinateur: c'est le luxe. La forme est celle de la verrière moins quelques 1/10 pour tenir compte de l'épaisseur de cette dernière.

    L'empreinte

    Dans une chute de contre plaqué (par exemple) on réalise un trou correspondant à la forme de la base de la verrière (hors tout, c'est à dire épaisseur du vitrage inclus). Cette empreinte est ajustée de façon que le poinçon y circule librement avec un peu de jeu (jeu légèrement supérieur à l'épaisseur du transparent).

    Les bords de cette ouverture sont cassés (arrondis) pour éviter au transparent d'accrocher lors de son passage dans le trou.

    Le transparent

    Le transparent est issu d'un emballage thermoformé de denrée alimentaire (les rayons "pâtisserie" sont une excellente source où se procurer ce matériau....)

    Mode opératoire

    La chute de transparent est agrafée sur la plaquette autour de l'empreinte (peu importe la face puisque l'on a arrondi les bords de l'empreinte des deux cotés).

    Le poinçon est immobilisé fermement (dans un étau par exemple).

    On chauffe progressivement le transparent (décapeur thermique en ce qui me concerne, mais au dessus d'une bougie cela doit marcher aussi) jusqu'à ce que celui ci commence à se ramollir.

    On présente alors la plaquette et son transparent sur le poinçon (transparent en dessous) de façon à faire pénétrer ce dernier dans l'empreinte et l'on appuie....modérément de façon à former notre verrière en repoussant le transparent ramolli. Il faut procéder rapidement car le transparent retrouve très rapidement sa rigidité initiale.

    Attention à la chauffe. Si pas assez chauffé, ce n'est pas grave. On re-chauffe et on réitère l'opération. Si trop chauffé, c'est raté, le transparent a fondu. On n'a plus qu'à remettre un nouveau transparent en place et à recommencer! Pour donner une idée, le temps de chauffe dépend de la nature du transparent et de la source de chaleur utilisée, mais, dans tout les cas, cela va vite et se compte en secondes.

    MOULAGE DES VERRIERES       MOULAGE DES VERRIERES       MOULAGE DES VERRIERES       MOULAGE DES VERRIERES

            poinçon et empreinte               après emboutissage: vue de dessous....          .....et de dessus                             ...et voila le résultat!

    Il ne reste plus qu'à détourer la verrière ainsi obtenue et admirer l’œuvre.

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Il faut bien reconnaître que, pour nos maquettes en papier, le rendu des vitrages dits en "trompe l’œil "n'est pas particulièrement réaliste.

     

     Le produit "Krystal Clear", bien connu des modélistes "plastique" en tant que produit de scellement pour les vitrages, s'avère être tout aussi efficace pour la réalisation de hublots sur nos maquettes en papier.

     

     C'est ce que nous allons voir.

     

     Jusqu'à présent, je limitais son usage aux cadrans des tableaux de bord, sur lesquels j'en déposais une "micro" goutte, leur donnant ainsi volume et brillance.

     

     Je me souviens l'avoir utilisé pour réaliser, sur des maquettes plastique, des hublots de petits diamètres (2 à 3mm), mais jamais pour des diamètres supérieurs.

     

     Sur le modèle que je dessine actuellement, les hublots font 6,5mm de diamètre. Énorme!

     

    Bien entendu, mon premier réflexe a été de les représenter en trompe l’œil, mais le résultat "détonnait" un peu sur un fuselage couvert d'inscriptions et logos divers, que je me suis attaché à reproduire avec fidélité.

     

     J'ai pensé, un moment, utiliser le papier translucide d'enveloppes courrier" à fenêtre ", en le collant à l'intérieur du revêtement. Cela doit marcher pour des surfaces planes, mais qu'en serait t'il avec des flancs galbés? Quant à utiliser du rhodoïd, la rigidité de ce produit, même dans ses épaisseurs les plus fines, l'exclu d'office. De plus, le choix de la colle s'avère problématique.

     

     Restait donc à essayer le "Krystal Clear" avant de se résoudre au "trompe l’œil".

     

     En fait, cela marche très bien. Le produit fait penser à du yaourt quant à sa couleur et sa consistance. Je pense que, d'origine, il est plus fluide que le mien qui accuse un certain age, mais sa fluidité actuelle s'est avérée parfaitement adaptée. C'est dans les vieux pots....

     

    L'opération consiste à remplir les trous avec un pinceau dont les poils ont été " généreusement chargés" de ce produit par trempage direct dans le flacon de "Krystal Clear". La goutte est comme aimanté par les bords du trou et l’obstrue quasi instantanément . retirer le pinceau sans essayer de lisser la surface.

    DES VITRAGES....POUR DE VRAI!               DES VITRAGES....POUR DE VRAI!                   DES VITRAGES....POUR DE VRAI!

     Les trous sont garnis au Kristal Clear                   Le produit devient progressivement translucide (environ 2 heures de séchage)

     

    De couleur blanche, le produit devient translucide en séchant, ce qui demande quand même un certain temps (une paire d'heures.) Il prend alors la forme d'une lentille dont l'épaisseur est fonction de la quantité du produit déposée (5/10mm dans mon cas). A noter aussi que pendant la période de séchage (et un peu au delà d'ailleurs) le produit reste légèrement gras en surface. Attention donc aux micro poussières qui se promènent sur votre plan de travail. Tout est parfait au bout de 48 heures.

     

     Le rendu est excellent. Son opacité est un atout pour le maquettisme papier car il ne permet pas de distinguer la structure interne du fuselage et, malgré tout, renvoi bien la lumière. J'avais quand même pris le soin de peindre de couleur foncée la structure au droit des hublots.

     

    DES VITRAGES....POUR DE VRAI!

                                                                                 Noter le léger bombé des hublots et les reflets.

     

    Bien sûr, je l'ai utilisé pour réaliser des hublots, mais il n'y a aucune raison pour que cela ne marche pas sur des vitres de pare-brises présentant des angles . Affaire à suivre.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique