• UN HAUBANAGE REALISTE

    .....ou comment la marine ancienne vient au secours des avions en papier!

     

    HAUBANAGE

                                                                         Un exemple de  haubanage bien fourni  (Caudron C128)

    Réaliser un haubanage réaliste sur une maquette d'avion en papier a toujours été pour moi un casse tête, du moins jusqu'à ce que je fasse la connaissance, à l'exposition de Tarbes, de Jacques Maillière, maquettiste de talent, spécialiste de la marine ancienne (http://modelisme.arsenal.free.fr/jacquesmailliere/fichefleuron.html). Un artiste.

    Le problème:

    Indépendamment du manque (relatif) de rigidité d'une maquette en papier, la sensibilité de ce matériau à l'hygrométrie m'a fait écarté tout ce qui est fil souple ( nylon, crin ou autre) pour la réalisation du haubanage de mes maquettes d'avions au 1/66.

    A mon sens, la seule solution passait par l'utilisation de fils rigides  contribuant à  garantir la stabilité de forme de la maquette.

    En aviation grandeur, le diamètre minimum des câbles utilisés est de l'ordre de 3mm (câbles de commandes des gouvernes sur avion léger par exemple) soit un diamètre de 1/10 mm à l'échelle du 1/66.

    Diamètre 1/10

    On trouve de la cap de 1/10 dans le commerce. Elle est livrée en bobine et conserve un" joli galbe" lorsqu'on la libère de son bobineau. Quant à la redresser : c'est pratiquement mission impossible.

    En supposant quand même que vous y parveniez..... elle devient quasi invisible une fois posée sur la maquette et n'apporte rien, mis à part une bonne dose d'autosatisfaction.

    Par expérience, il ne faut pas descendre en dessous d'un diamètre de 2/10 qui donne un bon rendu visuel au 1/66 , même si ce diamètre, dans certains cas, est un peu fort pour l'échelle.

    Diamètre 2/10

    Comme le font les maquettistes plastique, il y a possibilité d'obtenir des fils de tout diamètres par étirement d'une tige plastique au dessus d'une flamme. Généralement on utilise le plastique des grappes de moulage d'une maquette, une fois les pièces de la maquette détachées (bien sur). L'opération, aisée en apparence, demande un minimum d'entrainement. Avantage: le plastique peut aisément être peint de la couleur souhaitée. 

    Une autre solution concernant les petites longueurs: les aiguilles acier d'entomologistes. Elles sont de couleur noire et leur longueur utile est de 35mm. Ne présentant aucun risque de flambage, elles contribueront à la rigidité de votre maquette et pourront aussi éventuellement être peintes. Mais quelle solution pour les longueurs supérieures à 35mm?

    Il y a donc la solution que m'a indiquée Jacques Maillière et qu'il a mise en œuvre pour le montage de certaines de mes maquettes. Et oui, Jacques a été séduit par l'originalité de mes modèles et n'a pu  résister au plaisir de s'y essayer....avec brio, mais ceci est une autre histoire.

    Le haubanage est réalisé en fil de bronze (alliage de cuivre et d'étain) que l'on peut se procurer en bobines de 250g (950m.....il y a de quoi faire!)

                 HAUBANAGE    HAUBANAGE  

                               Léger dépolissage au papier abrasif 400                                        Recuit du fil de bronze sous légère tension                        

    La première opération consistera à le redresser. Pour ce, après avoir fait coulisser le fil entre deux feuilles de papier de verre très fin (400 par exemple) pour en nettoyer la surface, on le recuit en le chauffant tout en le maintenant légèrement tendu. Pour ma part, j'en saisi les extrémités avec de petites pinces et tout en maintenant une certaine tension je le fais circuler (un aller suffit) au dessus de la flamme d'une bougie. Attention à la vitesse de déplacement car, si trop lente....le fil fond!

                 HAUBANAGE                         HAUBANAGE 

                         Chiffon doux pour enlever le noir de fumée (bougie)                  Patine  par bain de Tourmaline et essuyage final

    Après avoir débarrassé le fil de la suie déposée par la bougie à l'aide d'un chiffon ou un bout de papier essuie-tout, le fil est trempé dans un bain de tourmaline. Une dizaine de secondes suffisent pour le patiner et lui faire prendre une couleur acier (dite canon de fusil par les antiquaires). J'ai utilisé la tourmaline pure, mais rien n' empêche de la diluer à l'eau par soucis d'économie. Il faudra juste ajuster le temps de trempage.

    L'utilisation du fil de bronze présente un autre avantage non négligeable. Il se soude facilement à l'étain, ce que ne permet pas le fil d'acier.

    Diamètre 3/10

    On peut se procurer assez facilement de la corde à piano (cap) de ce diamètre (et au dessus) dans les magasins de modèles réduits. On peut y trouve aussi du fil de cuivre ou de bronze en petit diamètre (3/10 minimum) . Ces matériaux ont l'avantage d’être proposés en tiges de 1m bien rectilignes (du moins les choisir telles quel!)

    Pose du haubanage (tous diamètres)

    Chaque fois que possible, je marque les points d'encrage des haubans sur le papier par une petite empreinte faite avec la pointe d'un foret de diamètre légèrement supérieur à celui du hauban à poser (3/10 pour un hauban de 2/10).

    HAUBANAGE

                                    Outillage: compas à pointes sèches, cutter pour couper le fil de bronze (et pierre d'affutage), aiguille, colle.

    La longueur du hauban est déterminée avec un compas à pointes sèches. Le fil de bronze est coupé à l'aide d'un cutter sur une surface dure pour avoir une coupe bien nette, puis ajusté en longueur. Inconvénient : la nécessité de redresser le fil de la lame du cutter  régulièrement à la pierre à aiguiser pour lui conserver son tranchant. Le collage se fait par de micro gouttes de colle à bois déposées au préalable dans les empreintes à l'aide d'une aiguille (par exemple). Une fois le hauban posé, de la pointe de l'aiguille, on "travaille" la micro goutte de colle de façon à lui faire épouser le pied du hauban. Tout cela se fait à la loupe, bien sûr, mais est plus difficile à expliquer qu'à faire. Pour cette opération j'utilise de la Tamiya Craft Bond (pub gratuite) dont la viscosité s'apparente à celle du yogourt. Cette colle me sert aussi à coller les verrières en rhodoïd et ne laisse aucune trace après séchage, contrairement à la cyano qui laisse une tache brillante. Bien sûr on peut utiliser de la colle à bois classique, reste à lui donner la bonne viscosité: ni trop liquide, ni trop pâteuse.

    Fournisseurs pour le bronze et la tourmaline

    Ci dessous, toute pub mise à part, les fournisseurs indiqués par Jacques auprès de qui je me suis procuré le bronze et la tourmaline. Le bronze vous reviendra à une vingtaine d'euros et à peu près autant pour la tourmaline. Attention aux minimas de commande et aux frais de port qui auront vite fait de grever la facture, si vous optez pour une livraison à domicile.

    Pour la tourmaline:

    LAVERDURE & FILS

    58 rue traversière 75012 Paris

    laverdure@laverdure.fr     www.laverdure.fr

    Pour le fil de bronze:

    WEBER METAUX

    34 rue Maurice Gunsbourg 94200 Ivry sur seine

    Epilogue

    J'ai réalisé l'intégralité du haubanage, particulièrement complexe, du Caudron C128 en appliquant cette méthode. Certes, la réalisation d'un tel haubanage nécessite un certain temps, mais avec un peu de méthode, on en vient facilement à bout.

    Et concernant la méthode en particulier, selon l'expression consacrée:    "l'essayer c'est l'adopter".

    Bons vols.

     

     


  • Commentaires

    1
    Michel Viteau
    Vendredi 11 Octobre à 10:07

    Merci Philippe !

    Bonne journée, Michel

    2
    PasKal
    Vendredi 11 Octobre à 11:55

    Méthode intéressante et excellent tutoriel

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :