• GUILLEMIN JG 10

             GUILLEMIN JG 10          GUILLEMIN JG 10 

                                                                                 GUILLEMIN JG 10                                                                

    Un peu d'histoire:

    Fin 1931 s'est tenu en France un "concours officiel des avions de tourisme".

    Y furent exposés quelques avions originaux (de futures maquettes (?) comme le Guerchais 5 , Farman 193 et 230, Bodiansky etc ainsi que le Caudron C372 "Luciole" que je vous ai déjà proposé dans une de ses nombreuses versions.

    Le Guillemin JG10, construit par la société Blériot, doté d'un certificat de navigabilité "décroché" peu de temps avant, participait aussi à cette manifestation.

    Le problème de l'avion de tourisme pratique a été franchement et sérieusement abordé par l'ingénieur Guillemin. Celui-ci s'est efforcé tout d'abord, d'assurer à son appareil de bonnes qualités de vol net de sécurité. Pour cela il a préféré adopter une faible charge au mètre carré ainsi que des surfaces portantes et des empennages à haut rendement aérodynamique plutôt que des dispositifs auxiliaires automatiques ou commandes susceptibles de remplir cet office. D'autre part les aménagements de cet avion ont été l'objet de soins tout particuliers. Le Guillemin JG 10 peut se transformer instantanément, suivant la saison, en conduite intérieure ou en torpédo. On notera en outre quantité de petits détails pratiques qui amélioreront, sans aucun doute, les conditions de son emploi par des pilotes aviateurs non professionnels. A. Frachet Les Ailes du 24 sept. 1931.

    Documentation:

    Classique présentation de l'appareil à la rubrique "Les Ailes s'ouvrent" du journal Les Ailes du 24 septembre 1931 VOIR. L'Aéronautique de 1931 nous gratifie de superbes croquis  en perspective de G. Godeffroy, portant sur quelques éléments remarquables de l'avion VOIR.

    Les articles de presse ci-dessus, de même que les photos illustrant cette présentation ont pour origine le site Gallica.

      Ci-dessous, une synthèse des informations utiles pour le dessin d'une maquette.

    La voilure

    La voilure est facilement repliable et se compose d'un plan central et de deux demi-ailes symétriques. Le plan central, solidaire du fuselage est réalisé en métal léger. Il se réduit, au delà du longeron arrière, à deux petites amorces de plan. Les demi ailes sont recouvertes de contreplaqué et entoilées. Elles se rabattent parallèlement au fuselage sur lequel elle sont fixées à l'aide d'une traverse amovible. Cette traverse est logée, en temps normal, dans la carlingue. L'avion, ailes repliées, ne mesure plus que 3m950 de largeur pour une longueur identique.

    Les ailerons sont fractionnés en deux éléments chacun et sont actionnés par des câbles agissant sur des guignols extérieurs.

    Le fuselage

    De large section, il est à parois verticales. Celles ci sont constituées d' une charpente en tubes carrés de dural, les revêtements supérieurs et inférieurs étant en tôle légère rivée. Le revêtement  des parois latérales est en métal dans la partie antérieure du fuselage; au delà, de l'habitacle de l'équipage il est en moleskine lacée sur les longerons, donc facilement amovible pour permettre  une visite rapide de la charpente est des commandes.

    L'empennage horizontal comporte un volet unique non compensé. Le plan fixe est en bois et recouvert de contreplaqué. et est haubané par deux tubes venant se fixer sur l'étambot et par de câbles d'acier attachés à la dérive. Celle ci est en bois de construction similaire à celle du plan fixe. Le gouvernant est métallique, recouvert de toile et non compensé.

    Toutes les commandes sont en câbles doublés.

    Aménagement

    GUILLEMIN JG 10Le poste de pilotage est biplace cote à cote à double commandes. L'appareil peut être carrossé au choix en conduite intérieure ou en torpédo. Dans la version conduite intérieure, de larges ouvertures sont prévues à l'arrière pour permettre, le cas échéant, d'utiliser les parachutes. Ces derniers sont logés à l'extérieur, dans les flancs, et de chaque coté du fuselage. Il sont reliés par des câbles au harnachement habituel des utilisateurs.

    Les deux sièges, cota à cote avec un ,léger décalage peuvent être démontés ainsi que les commandes en quelques minutes ce qui permet de transformer en couchette l'intérieure de l'appareil.

    Le tableau de bord est placé devant une large tablette qui peut être utilisée pour déployer les cartes. derrière les sièges se trouve un large filet à bagages. Le levier commandant les freins est logé entre les deux sièges.

    L'accès à l' habitacle est rendu plus aisé par de petites marches ménagées dans l'aile de part et d'autre du fuselage

    Partie moteur

    Les panneaux latéraux du capotage sont montés avec des charnières ce qui permet de les rabattre parallèlement à la voilure, facilitant ainsi l'accès à tous les organes.. Les gaz d'échappement sont canalisés dans un long tuyau.

    Train d'atterrissage

    Il présente une voie de 3m. Chaque demi train se compose d'un essieu coudé  contreventé à l'arrière par une barre et une jambe élastique à amortisseur oléo pneumatique. La béquille est équipée d'une petite roue orientable.

    Couleur

    Aucune indication à ce sujet. En version colorisée, les photos laissent apparaitre une teinte très foncée qu'il est difficile d'interpréter. J'ai opté pour du rouge, couleur d'un emploi classique à cette époque.

    La maquette:

    J'avais commencé à dessiner cette maquette quelques années auparavant, et puis, je l'avais mise de coté au profit de maquettes plus simples à concevoir et plus en rapport avec mes compétences du moment.

    Ma maitrise des outils informatiques s'améliorant au fil des maquettes (heureusement), je n'ai pu résister à l'envie de me pencher à nouveau sur cet appareil. Plus pour une question de suivi que par sentimentalité, j'ai conservé le numéro 9 qui était le numéro d'ordre que je lui avait attribué à l'époque.

    Pour dessiner ce modèle, j'ai du me contenter du plan 3 vues de qualité médiocre trouvé dans l'article de la revue "l'Aéronautique" cité ci-dessus, plan 3 vues que l'on retrouve aussi dan la rubrique "Les ailes s'ouvrent" consacrée à cet appareil, de la revue "Les Ailes" du 24 septembre 1931.

    Les caractéristiques dimensionnelles données dans cet article, et les quelques photos que j'ai pu réunir, m'ont permis de concevoir une maquette qui, je pense, est assez fidèle à l'original..

    Les couleurs de cet appareil sont un mystère. Visiblement il est bicolore, les deux couleurs étant séparées par un liseré de couleur clair (blanc?). J'ai choisi arbitrairement le rouge et un beige orangé.

    Quant à la version, j'ai opté pour la "torpédo grand sport" pour son originalité.

    Le montage

    Le but des photos ci-dessous est de vous montrer les solutions retenues pour rendre cette maquette la plus réaliste possible.

    Bien entendu, la matière de prédilection reste le papier même si sa mise en oeuvre présente parfois des difficultés, ou si la simplification de certaines formes est incontournable (sinon où serait le plaisir?).

    GUILLEMIN JG 10GUILLEMIN JG 10GUILLEMIN JG 10

                         La tablette                                      Tableau de bord                        Habitacle prêt à ètre refermé.

    On se basera sur les quelque photos disponibles et le descriptif qui en est fait pour équiper un minimum cet habitacle qui,bien entendu, est parfaitement visible dans la version torpédo.

     La tablette (rep 11) présente un petit rebord. Sur le chant viennent se "planter" les poignées de maintien (rep 23) en cap 3/10.

    La partie haute du couple S5 présente le tableau de bord (minimaliste semble t'il) dont j'ai réduit arbitrairement l'équipement à 3 instruments.

    Une goutte de "crystal clear" leur donnera un peu de relief.

     

    GUILLEMIN JG 10GUILLEMIN JG 10GUILLEMIN JG 10

                Pincement des flancs                                Pose de l'aile                          Le moteur et la pointe avant

    A noter que les cotés du capotage avant (rep 4) ne plaquent pas aux flancs du fuselage (ventilation du compartiment moteur?). Mettre en forme la casquette qui coiffe les instruments et qui recevra les pare brises.

    L'échappement est tiré d'un trombone métallique (plus facile à mettre en forme que de la cap). Un rond de plastique est percéau bon  diamètre et est glissé sur le trombone.

    Les carénages des roues sont constitués de 3 épaisseurs de carton de 1mm d'épaisseur, mis en forme et peints. Des demi roues sont rapportées dessous.

    GUILLEMIN JG 10GUILLEMIN JG 10GUILLEMIN JG 10

         Ame en cap 3/10 pour les pales                     Train principal                                   Roulette de queue

    L'hélice est dépourvue de cône. Les pales reçoivent des âmes en cap 3/10 qui dépassent légèrement en pieds de pales et viennent se ficher aux extrémités d'un micro tube de papier (rep H3). Ce micro tube est percé à diamètre 0.5mm pour recevoir l'axe de l'hélice (rep H5).

    Pour une fois, le train est en cap 5/10, mais je reviendrai à la tige laiton plus facile à mettre en forme et qui (éventuellement) peut se souder à l'étain.

    Comme indiqué sur la planche 2, la roulette de queue est figurée par une boucle faite sur la cap, remplie de cyano, puis peinte.

    Ci-dessous quelques photos prises sut le tarmac.... de mon terrain privé!

    GUILLEMIN JG 10GUILLEMIN JG 10GUILLEMIN JG 10

     

    Téléchargement (downloading)

    Téléchargement des 2 planches, au format A4, 2Mo environ la planche.

    PLANCHE 1            PLANCHE 2

    ou sur le site de mon ami Pierre: 

    http://pierreg.free.fr/carton/projet/myproj.htm

    Bons vols.

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Mike
    Samedi 11 Août 2018 à 15:32

    Thank you, very kind, generous gift.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :